ECONOMIE ZEN : ZERO EMISSION NETTE

Quelle équation pour la chaine alimentaire ?

Copyright Dreamstime.com

Tel était l’intitulé d’un webinaire consacré le 18 février dernier aux solutions contre le réchauffement climatique par la coopération agricole.

Son introduction était confiée à Jean-Marc Jancovici, associé de Carbone 4 et président de The Shift Project.

Une nouvelle occasion d’entendre certaines réalités de notre système de production agro-alimentaire avec le parler vrai qui caractérise J.M Jancovici.

« Les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture correspondent à environ 20% de l’ensemble des émissions mondiales. Si on y ajoute la déforestation ça monte à 30%. (Transports : 15%. Centrales thermiques 20%). Si on raisonne empreinte carbone au niveau du consommateur final, ça représente 25% (en France) dont la filière bovine entre 50 et 75% de cette empreinte… » (extrait)

Ecouter l’intervention en détail et en vidéo : durée moins de 20 minutes

2 réflexions sur “ECONOMIE ZEN : ZERO EMISSION NETTE

  1. Cher Philippe : rien de plus beau que des vaches dans un pré ! Il ne faudrait justement pas qu’elles terminent dans des fermes de 10.000 têtes sans jamais voir le jour avec des hublots pour voir dedans.
    Haro sur la consommation idiote de viande frelatée et vive la bio pour tous.
    Tu sais bien qu’on est d’accord avec toi sur (presque) tout.

    J'aime

  2. En fait, les chiffres sont faux, une fois de plus! Les émissions de GES liées à la fabrication des engrais azotés chimiques (essentiellement utilisés pour la céréaliculture conventionnelle ne sont pas comptabilisés en « agriculture » mais en « industrie » . D’où le déséquilibre en défaveur de l’élevage, bovin en particulier. Jancovici indique que ces émissions d’engrais azotés chimiques sont très importantes (4 fois l’énergie liée à la mécanisation en grandes cultures) mais repart avec les données du Giec qui sont celles que j’évoque. par ailleurs, les énergies liées au transport des dits engrais (tous importés et faits avec du gaz naturel) ne sont pas comptablisées non plus.
    Les apports de fertilisants organiques ne sont pas décomptés des émissions liées à l’élevage, c’est un bilan faux du début jusqu’à la fin, puisque les fertilisations liées au retournement régulier des prairies temporaires ne sont pas non plus comptés pas plus que le carbone « séquestré » dans les prairies permanentes dont le Giec se contrefout!
    toutes mes info viennent du Ministère de l’environnement un peu embêté par mes questions….
    Arrête de tirer sur les vaches!, elles ont sauvé l’humanité..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.