ENFUMAGE PUBLIC

Les alertes récurrentes concernant le risque pour notre société de transformer les générations futures en « crétins numériques » sont sans nul doute destinées à faire florès.

Pour illustrer cette intéressante formule, la consultation publique lancée par le gouvernement à propos du projet de décret sur les distances d’épandages de pesticides est un exemple flagrant du cynisme de la communication « en marche ».

Victoire à la Pyrrhus du mouvement des gilets jaunes, l’appel à la participation citoyenne est en passe de devenir un outil de « gouvernance » à bon compte. Qu’on en juge : sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire, cette consultation publique (valable jusqu’au 1er Octobre) positionnée à l’onglet « prévention des risques » propose d’ajouter un « commentaire ». Sans autre visibilité que le chiffre des contributions déjà apportées.

Consultation publique developpement durable

Outre le seul critère de l’avis de l’ANSES, instance dénuée de toute indépendance, le texte du décret apparaît clairement comme déjà entériné.

textes-decret_et_arrete_-riverains

Omission peu étonnante : le sujet connexe des périmètres de protection des points de captages de l’eau potable n’est en aucun cas abordé…

On demande votre avis ? N’hésitez pas à vous exprimer ! Il sera généreusement épandu à bonne distance de la bonne conscience de nos législateurs.

 

 

2 réflexions sur “ENFUMAGE PUBLIC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.